· 

Amazonie : la forêt sacrifiée

L’été dernier on ne parlait que de ça : l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde, part en fumée ! Un désastre provoqué par les hommes dans le seul but de produire plus.

Par Lilya

Cette situation dramatique est en partie due à un climat sec favorable aux feux, mais à la différence des feux qui ont ravagé l’Australie, d’origine naturelle ou accidentelle, en Amazonie, les incendies sont le résultat de la déforestation voulue et faite par les hommes !

 

UNE FORÊT EXCEPTIONNELLE

L’Amazonie est la plus grande forêt du monde et elle a un rôle très important pour notre planète, un quart des espèces du monde (faune et flore) y vivent. Chaque année de nouvelles espèces sont découvertes. Cette forêt abrite le plus long et puissant fleuve du monde l’Amazone et elle produit 20% de l’oxygène et de l’eau douce de la planète. Enfin, elle absorbe de très grandes quantités de CO2, ce qui est important dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pourtant, au lieu d’être préservée elle est de plus en plus menacée : en 2019 il y a eu une augmentation de 84% du nombre d’incendies dans cette région du monde.

La forêt amazonienne, d’une superficie de 5,5 millions de km², se trouve sur neuf pays, dont 60% au Brésil, Ces pays ont mis en place des politiques de déforestation pour installer des exploitations agricoles. Les agriculteurs allument donc des brasiers pour brûler les arbres et s’installer dans ces nouveaux espaces, pour cultiver des céréales ou élever des bovins. Ces installations agricoles sont immenses.

Le président brésilien Jair Bolsonaro est climatosceptique, c’est-à-dire qu’il ne croit pas au réchauffement climatique. Dans son pays, il ne lutte donc pas contre la déforestation de la jungle et il a mis beaucoup de temps à intervenir pour lutter contre les feux.

On pense qu’au moins 800.000 hectares de terres sont partis en fumée l’été dernier, et on estime que 100 hectares qui brûlent c’est l’équivalent des émissions en CO2 annuelles d’une petite ville !

 

DES CONSÉQUENCES DANS LE FUTUR

Ces incendies pourront avoir des conséquences dans le futur car « en supprimant totalement la biodiversité sur place » explique Philippe Grandcolas, écologue au CNRS, « il sera impossible de réhabiliter la biodiversité perdue ». En 50 ans la forêt a déjà perdu 20% de sa surface. Des espèces qui ne vivent qu’à cet endroit pourraient donc totalement disparaitre.

Les conséquences sont aussi catastrophiques pour les indiens qui vivent encore dans cette forêt et pour qui la forêt représente tout. Il y a environ 240 tribus dans la forêt, ils sont obligés de fuir pour survire. 

 

Lexique :

*Biodiversité : diversité des espèces vivantes (faune et flore)

Sources :

www.lefigaro.fr

leparisien.fr

Écrire commentaire

Commentaires: 0