· 

Il y a 30 ans, le mur tombait

Illustration par Sara Diogo
Illustration par Sara Diogo

La ville de Berlin en Allemagne a longtemps été coupée en deux par un mur infranchissable protégé par des barbelés. Ce mur est tombé il y a 30 ans, le 10 novembre 1989.

À l’occasion de cet événement j’ai interrogé Monsieur Bergamasco, professeur d’Histoire afin de faire le point sur l’histoire du mur de Berlin et sur les « murs » en général.

Par Lara

Ce mur, construit après la seconde guerre mondiale dans le contexte de la Guerre Froide, faisait 155km de long, il séparait l’Allemagne de l’Ouest de l’Allemagne de l’Est. En fait, toute l’Europe était partagée en deux. L’Ouest était sous l’influence des Américains et l’Est sous celle des Russes. L’Allemagne est séparée en deux en 1949 : la RFA, démocratique à l’Ouest, et la RDA à l’Est,  dirigée de façon autoritaire. À l’Est les conditions de vie étaient plus difficiles et de nombreux habitants voulaient passer à l’Ouest dans l’espoir d’avoir plus de libertés. Comme il est facile de s’enfuir au début ce sont 2 millions de personnes qui s ‘échappent, les dirigeants de l’Est n’acceptant pas ces fuites réagissent et font construire le mur en 1961. Les Berlinois de l’Est tentent tout de même de s’enfuir, de nuit, mais cela est très dangereux. Certains construisaient des tunnels sous le mur, l’un d’eux, construit par des étudiants est resté célèbre.

À l’annonce de sa chute, les berlinois des deux côtés se sont rassemblés pour vivre ce moment historique, qui depuis est célébré chaque année et particulièrement celle-ci car cela fait 30 ans !

Le mur n’a pas été entièrement détruit, des pans du mur sont encore debout aujourd’hui et sont conservés comme lieu de mémoire. 


2 questions à Monsieur Bergamasco, professeur d’Histoire

Pourquoi la chute du « Mur de Berlin » a été et reste un événement important dans notre société ?

Il est des événements historiques qui frappent plus l’imaginaire que d’autres. Ce « mur » bâti dans la nuit du 13 août 1961 était la matérialisation de la coupure entre l’Est et l’Ouest, entre le monde dit « communiste » dirigé par une main de fer depuis l’URSS en opposition de la zone « libérale, démocratique » sous l’égide des USA. Cette période qui s’étend de 1947 jusqu’à 1991 (dislocation et effondrement de l’URSS) est appelée « La Guerre Froide ».

Ce mur était aussi la matérialisation de l’échec du modèle soviétique : l’URSS et ses satellites furent obligés de construire un mur pour garder leurs habitants... L’effondrement du mur débute le 9 novembre 1989, les Allemands de l’Est et de l’Ouest se retrouvent et bravent l’interdit. Les conséquences sont immenses : 

- fin de la Guerre Froide ;

- reconstruction d’une seule Allemagne (3 octobre 1990) ;

- dislocation de “l’empire” de l’URSS : l’Europe de l’Est se révolte et se libère (Bulgarie, Tchécoslovaquie, Roumanie) ;

- troubles, guerres, puis éclatement de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie ;

- la carte de l’Europe voit apparaître de nouveaux états.

Avec l’échec de l’URSS, l’idéologie communiste disparaît, seul reste le modèle occidental, libéral, démocratique à l’image des USA ou de la nouvelle Union Européenne.

Les hommes ont-ils toujours construit des murs tout au long de l’histoire ?

Il est dans la nature des hommes de construire des “murs”. Murs pour délimiter un espace, pour protéger un peuple, un modèle de vie, ses richesses, murs pour se fermer à l’Autre, au barbare, au migrant, mais aussi murs qui servent à enfermer ceux qui sont à l’intérieur (pour leur bien !).

Les murs sont visibles en histoire : on les appelle frontières, “limès”, chez les Romains qui ont construit les premiers murs en Europe : entre 122 et 127 par l’empereur Hadrien, entre 140 et 142 par l’empereur Antonin (pour se protéger des Pictes, tribu de Grande Bretagne).

Bien avant en Asie La Grande Muraille de Chine fut construite entre 214 et 204 avant J.C. pour se protéger des Mongols.

Les murs, les remparts, les fortifications, sont édifiés pour protéger, défendre, opprimer.

Mais les peuples vivent depuis toujours derrière des murs naturels : les montagnes, les océans, les mers. Ces murs “naturels” servent aussi de ponts et peuvent être plus ou moins franchis.

Ce qui est plus grave c’est qu’il existe des murs “invisibles”, symboliques, mais pourtant bien réels : ceux de l’argent et du Savoir. Car l’argent est un mur souvent infranchissable : chez nous, à l’Ouest du mur de Berlin durant la Guerre Froide, tout était “ouvert”, mais sans argent il n’y avait pas de possibilités réelles de voyager. Le mur du Savoir est le pire de tous, c’est-à-dire ceux qui ont les connaissances et qui ne les font pas circuler, qui les gardent pour eux seuls, conservant bien à l’abri derrière la bêtise, les superstitions des autres :ce mur est l’obscurantisme qui nourrit les peurs, les haines, les dictatures et les fondamentalismes de tout ordre.



ET AUJOURD'HUI ?

En 1989 il existait une douzaine de murs de séparation comme celui de Berlin. On pourrait penser qu’aujourd’hui les murs sont très rares mais en fait on en compte plus de 60 dans le monde ! Et tous les continents sont concernés.

 

UN MUR POLITIQUE AUX USA

Ce mur à la frontière mexicaine est surtout destiné à montrer aux Américains que le gouvernement les protège.

EN EUROPE DES MURS CONTRE LES MIGRANTS

En Bulgarie, en Hongrie ou en Grèce, ils sont construits pour se barricader contre les migrants.

Un mur de ségrégation entre Israël et la Palestine

Construit en 2002, il est appelé “mur de la honte” par les palestiniens.

UN MUR IDÉOLOGIQUE ENTRE LES DEUX CORÉES

Ce type de mur, de séparation idéologique est relativement rare de nos jours.

LE MUR ENTRE L'INDE ET LE BENGLADESH

Construit par l’Inde pour se couper de son voisin, c’est le mur le plus long au monde avec 3200 km !

DE NOMBREUX MURS EN AFRIQUE

Des murs anciens entre l’Algérie et le Maroc, le Botswana et le Zimbabwe...

Source : francetvinfo.fr

Écrire commentaire

Commentaires: 0