· 

Les 30 ans des droits de l'enfant

Colette Febvre lors de son intervention
Colette Febvre lors de son intervention

À l’occasion des 30 ans de la CIDE « Convention Internationale des Droits de l’Enfant », deux classes de 6e ont bénéficié de l’intervention d’Amnesty international.

Colette Febvre est venue présenter aux élèves les droits dont disposent les enfants et une exposition a été installée au CDI : elle est visible jusqu’à la fin de l’année.

Par Akmal

Cela ne fait pas si longtemps qu’une législation encadre les droits des enfants. C’est à partir du XIXe siècle qu’ils commencent à bénéficier d’une protection particulière. Mais il faut attendre le XXe siècle pour que des textes sur leurs droits soient adoptés. Une Déclaration des droits de l’enfant est rédigée en 1923.

Il s’agit du premier texte international sur ce sujet. Cette déclaration est adoptée en 1924 par la Société Des Nations. Puis après la 2ème Guerre Mondiale une nouvelle Déclaration des droits de l’enfant est adoptée par l’Organisation des Nations Unies (ONU), le 20 novembre 1959, mais cette déclaration n’a qu’une portée morale. L’ONU déclare l’année 1979, « année internationale de l’enfant » afin d’inciter les États à agir en faveur de la protection et des garanties des droits de l’enfant. Il faudra encore attendre 10 ans pour que la Convention Internationale des droits de l’Enfant soit rédigée, soit il y a 30 ans, en 1989.

Ce texte a été adopté à l’unanimité par les responsables politiques des Nations Unies. Ils se sont engagés à faire respecter ces droits dans le monde, les enfants sont reconnus pour la première fois « comme des êtres à part entière, porteurs de droits fondamentaux, obligatoires et non négociables. »

 

Sources textes et images :

www.unicef.fr

www.jde.fr

PARMI LES DROITS INSCRITS, IL Y A :

Le droit d’exister, d’avoir un nom, une nationalité, une identité

Pourtant, au moins 230 millions d’enfants n’ont pas d’existence légale dans le monde. C’est-à-dire que lorsqu’ils sont venus au monde, leurs parents n’ont pas déclaré leur naissance ils n’appartiennent à aucun pays et n’ont pas d’existence dans la société.

Le droit de jouer et d’avoir des loisirs

Un enfant a le droit de jouer, c’est fondamental pour l’aider à grandir, à développer son imagination, mais aussi pour qu’il oublie ses idées noires. Dans de trop nombreux pays, les enfants ne peuvent jouer, ils doivent travailler ou faire la guerre. Les enfants ont aussi le droit de se reposer ou de participer à des activités culturelles.

Le droit de manger correctement

Un enfant sur 3 ne mange pas correctement et donc ne se développe pas comme il faut.

Cela concerne les enfants qui souffrent de la famine mais aussi ceux qui sont en surpoids. Souvent ce sont les enfants de familles pauvres, car dans de nombreux pays, un paquet de chips coûte moins cher que des légumes…

Mais aussi :

Le droit d’aller à l’école

Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation

Le droit d’être protégé contre toutes les formes de discrimination

Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir

Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation

Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

Écrire commentaire

Commentaires: 0