· 

Iran : les femmes se libèrent

 Depuis quelques mois, en Iran, des femmes enlèvent leur voile en public pour protester contre l’obligation qui leur est faite de le porter. Retour sur ce mouvement qui avait débuté en 2014.

Par Tasneem & Yesmine

Photo d’une jeune iranienne ayant posté son portrait sur la page du groupe « ma liberté furtive »
Photo d’une jeune iranienne ayant posté son portrait sur la page du groupe « ma liberté furtive »

L’ORIGINE DU MOUVEMENT

En mai 2014, la journaliste iranienne, Masih Alinejad, fondait sur Internet le mouvement « My Stealthy Freedom » (en français : ma liberté furtive) : Masih Alinejad publiait sur Facebook, une photo d’elle-même sans hijab. Cette publication a été perçue comme un élément déclencheur dans un pays où le port du voile est obligatoire pour les femmes.

Masih Alinejd, qui vit aujourd’hui en Angleterre, explique « Quand j'étais en Iran, j'avais pour habitude de retirer mon foulard lorsque j'étais isolée dans un champ ou dans un endroit privé, et je me demandais combien d'Iraniennes en faisaient autant ». Elle demande maintenant aux Iraniennes de lui envoyer « leurs moments privés de liberté », les photos sont publiées sur la page du groupe.

La créatrice de ce mouvement dit que celui-ci a même permis d’ouvrir un débat sur le voile imposé en Iran !

Ces femmes viennent de briser un tabou : en effet, depuis la révolution islamique de 1979, les femmes en Iran sont obligées de porter le voile, celles qui ne le font pas prennent le risque de se faire arrêter par la police des mœurs, d’avoir une peine (amende ou prison), et de recevoir des coups de fouet.

Vida Movahed avec son voile blanc au bout d’un bâton en décembre 2017.
Vida Movahed avec son voile blanc au bout d’un bâton en décembre 2017.

UN MOUVEMENT QUI PREND DE L’AMPLEUR

Fin décembre 2017, à Téhéran, une jeune femme, Vida Movahed, est photographiée dans une grande avenue, la tête nue, son foulard blanc accroché au bout d’un bâton. Elle est aussitôt arrêtée. Un hashtag apparaît sur les réseaux sociaux, lancé par des Iraniennes : #WhereIsShe (où est-elle ?). Elle a été libérée un mois plus tard. Depuis les photos se multiplient et la contestation prend de l’ampleur.

Une trentaine de femmes ont été arrêtées par la police iranienne.

Femme voilée montrant son soutien aux femmes qui veulent retirer le voile.
Femme voilée montrant son soutien aux femmes qui veulent retirer le voile.

UN MOUVEMENT SOUTENU

Ces femmes ne sont pas seules, elles sont soutenues par des hommes et même des soldats iraniens qui se sont photographiés brandissant un voile. Ainsi que par des femmes voulant, elles, porter le voile mais se battant pour la liberté de chacun : elles se sont également prises en photo avec un voile au bout d’un bâton pour montrer leur soutien. n

Sources :

www.lepoint.fr

www.franceculture.fr

www.wikipedia.fr


Écrire commentaire

Commentaires: 0