· 

Attentat de Trèbes : hommage aux victimes

Le vendredi 23 mars dernier, un homme ouvrait le feu à Carcassonne sur les occupants d’une voiture qu’il voulait voler, tuant ainsi le passager, avant de se rendre au Super U de Trèbes et de tuer trois autres personnes. Voici leur portrait.

Par Angelo

ARNAUD BELTRAME

Lieutenant-colonel âgé de 44 ans, il a été l’un des premiers à intervenir au Super U et a décidé de pénétrer dans le magasin pour prendre la place des otages. Grièvement blessé par le terroriste avec lequel il s’est probablement battu, il était encore vivant au moment de  l’assaut donné par ses collègues, mais Arnaud Beltrame ne survivra pas.

Son acte héroïque a sauvé la vie de Julie, une hôtesse de caisse.

En se sacrifiant il est devenu le symbole du courage et du refus de s’incliner devant la haine.

 Il devait se marier en Juin 2018. Un hommage national lui a été rendu.    

JEAN MAZIÈRE

Il est la première victime de Radouane Lakdim. Âgé d’une soixantaine d’années, Jean Mazières était viticulteur à la retraite. Il habitait un petit village tout proche de Trèbes et de Carcassonne. Jean Mazières était marié et père d’un fils de 19 ans. Il était malheureusement le passager de la voiture volée ce jour-là par le terroriste (le chauffeur, grièvement blessé s’en est sorti). Jean Mazières est décrit par ses proches comme « généreux », « honnête » et « bon vivant ». Il était très impliqué dans la vie de sa commune.    

CHRISTIAN MEDVES

Il est l’une des deux victimes tuées à l’intérieur du supermarché, avant l’intervention du GIGN. Originaire de Carcassonne et installé à Trèbes, Christian Medves était chef-boucher au Super U de la ville. Ses amis, qui le présentent comme « courageux » et « digne », imaginent qu’il a dû vouloir s’interposer. Christian était un homme qui aimait la vie, la fête, le sport. Il venait de fêter ses 50 ans, marié, il était le père de deux filles et le jeune grand-père d’une petite fille.    

HERVÉ SOSNA

Client du supermarché, il est l’autre victime du Super U. Cet ancien maçon à la retraite s’appelait Hervé Sosna et avait 65 ans. Très discret, il était un homme cultivé, un grand lecteur. Il était très attaché à sa ville natale, Trèbes, où il avait toujours vécu.


Écrire commentaire

Commentaires: 0