· 

Rencontre avec un astrophysicien

Eric Arisitidi est astrophysicien et maître de conférences à l’université Nice Sophia Antipolis. Il a accepté de nous rencontrer et de répondre à nos questions.

Par Abdaa

Eric Aristidi lors de sa venue au collège.
Eric Aristidi lors de sa venue au collège.

Pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours ?

Eric Aristidi : J’ai un Bac S, je suis ensuite entré à l’université à Grenoble pour faire une licence puis une maitrise en astrophysique (bac+4), ensuite j’ai fait une thèse de doctorat à Nice sur « le scintillement des étoiles dans l’atmosphère de la Terre », ce qui m’a permis de devenir maître de conférence à l’université de Nice Sophia Antipolis.

Pouvez-vous nous expliquer « simplement » ce que sont la physique et l’astronomie ?

Simplement, la physique est la science des choses par opposition à la science du vivant, c’est-à-dire qu’elle étudie les objets, la matière, la lumière et le son, c’est la science qui décrit ce qui nous entoure. La physique s’occupe de plusieurs grands domaines : l’électromagnétisme, la physique des particules, la thermo dynamique, la mécanique, l’astrophysique,… L’astrophysique n’est donc qu’une spécialité de la physique qui s’occupe de ce qui n’est pas sur la Terre. Mais cette spécialité est elle-même très vaste, il y a la physique du mouvement des étoiles, de l’intérieur des étoiles, la physique des galaxies, l’étude des planètes …

Vous avez fait plusieurs séjours en Antarctique, qu’est-ce que vous faites là-bas ? Et qu’est-ce que cette base appelée Concordia ?

Concordia est une base franco-italienne située à 1000km du bord de mer. Elle a été construite de 1997 à 2005 à l’initiative d’Eric Fossat qui avait le projet de mesurer les oscillations du soleil. Le choix de cet endroit est stratégique : l’Antarctique est grand comme l’Europe, sur la côte il y a trop de vent ce qui n’est pas bon pour l’astronomie, mais l’intérieur du continent est un désert de glace, une immensité blanche et il fait beau 85% du temps, c’est donc idéal pour étudier le ciel.

Quelles sont les conditions de vie en Antarctique ? (température, loisirs,…). Faut-il une condition physique particulière pour y séjourner ?

Les premiers hivernants sont arrivés en 2005 à Concordia : ils étaient préparés pour rester 1 an sur place, tout est prévu : il y a de la nourriture pour deux ans, un bloc opératoire, un médecin, un bloc dentaire. C’est une mission à haut risque, en cas de problème en hiver quand il fait -80° on risque la mort (en été il fait -35°). Avant de partir il faut faire des tests physiques (capacité pulmonaire, acclimatation à l’altitude, …) et psychologiques (isolement). J’ai fait 6 ou 7 séjours à Concordia depuis 2002 et mon premier hivernage en 2009. C’est une expérience fabuleuse, on connait le silence complet –il n’y a pas d’animaux car nous sommes trop loin de la cote-.

Pourquoi aller étudier le ciel dans cette région du monde ?

L’endroit est idéal pour étudier le ciel car l’air est très pur, il n’y a pas de pollution. En hiver il fait nuit 24h/24h pendant 3 mois. La base est installée à 3300m d’altitude, donc le ciel est comme celui qu’on voit en montagne, mais l’atmosphère est plus fine qu’au Chili ou à Hawaï car nous sommes au pôle, il y a moins de pression.

Qu’auriez-vous à dire à des élèves de collège qui ne comprennent pas toujours l’intérêt d’étudier la physique en classe ?

La physique est difficile, mais quand on est bon en physique on peut faire n’importe quoi. Observer le monde, expérimenter pour comprendre, cela permet de devenir bon dans tous un tas de domaines, par exemple, en observant les signaux de la bourse, qui sont équivalent aux signaux sismiques, on peut travailler dans une banque !

Un article du journal aborde les Intelligences Artificielles : avez-vous un avis sur les progrès de l’IA ?

Les IA sont très séduisantes mais il faut être très vigilant. Mais les scientifiques sont de grands prudents, donc je ne m’inquiète pas.

Savez-vous que vous êtes le héros de Monsieur Kerir ?

Ahah, non je ne savais pas ! Il était mon étudiant il y a 10 ans quand il était en 3ème année à l’université. n

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Aaliyah Fernandes (mardi, 13 février 2018 18:06)

    Continuer comme ça�����������